Perrine LUKIC GRAPHOTHÉRAPEUTE

[smartslider2 slider= »1″]

 

Durant toute sa vie scolaire l’enfant, puis l’adolescent sera jugé sur son écriture.

Face à cette pression, l’enfant qui écrit mal risque de se démotiver surtout par rapport à ses camarades.

Il peut développer un sentiment de dévalorisation, de honte qui peut le conduire à ne pas aimer, voire détester écrire.

La dysgraphie favorise l’anxiété.

L’amélioration de son écriture rétablit un bien être, améliore la communication et surtout la confiance en soi.

La graphothérapie s’appuie sur une détente du geste et s’exerce dans le cadre confiant d’une écoute et d’une aide individuelle. Elle vise à restaurer les fonctions graphiques perturbées en soutenant la récupération de la lisibilité et de la vitesse : l’écriture redevient ainsi un instrument de communication aisée et efficace dans son exécution.

« L’écriture est la peinture de la voix. »
Voltaire

« Bien écrire, c’est comme marcher droit. »
Louis Aragon

Pour tous renseignements, contactez moi : Perrine LUKIC Graphothérapeute